Claire Gondor est une auteure bourguignonne. Elle vient de publier chez l’éditeur Buchet Chastel son premier roman « Le cœur à l’aiguille ». Une évocation de l’exil, géographique ou intérieur, ce texte est aussi une plongée au coeur de mondes qui se côtoient, parfois s’opposent, et une ode au pouvoir des mots pour panser les blessures.

Un premier roman poétique et délicat où entre France et Afghanistan, on suit l’aiguille qui raccommodera le cœur meurtri d’une jeune fiancée.

Un premier roman délicatement écrit, à déguster lentement – Alexandre, Librairie Port Maria

Le cœur à l’aiguille

La robe inspiré du roman

La robe inspiré du roman

La robe était prête, enfin. Cinquante-six bouts de papier, cinquante-six fragments blancs, sept mois de vie à distance, de serments de miel échangés, entre Khartoum et Paris, par-delà les fuseaux horaires. Elle porterait sur elle les preuves de son amour, sa peau serait à nouveau caressée par ses mots, ses mots comme des mains, et son corps se glisserait dans le fourreau tout chaud des paroles de son amoureux.

Banlieue parisienne, années 2000. Soir après soir, Leïla se penche sur son chef-d’œuvre d’encre et de papier : une robe constituée des cinquante-six lettres que lui a adressées Dan, son promis parti au loin. Au fil des chapitres se dessine la trame de leur histoire commune : leurs rencontres, leur complicité, leur quotidien, les petits riens qui donnent à tout amour son relief si particulier. Chaque missive fait ressurgir un souvenir, un paysage, une sensation, qui éclairent peu à peu la géographie de leur intimité passée.

Le coeur à l’aiguille de Claire Gondor aux éditions Buchet-Chastel

Claire Gondor

Claire Gondor © Héloïse Jouanard

Claire Gondor © Héloïse Jouanard

Claire a grandi et arpenté les rues de Chevigny-Saint-Sauveur jusqu’à son admission en Hypokhâgne/Khâgne au lycée Carnot de Dijon. Elle a même connu l’époque où le magasin Au Pauvre Diable existait encore et où le Cap Vert désignait un centre aquatique – c’est dire… Si elle vit aujourd’hui à 70 Kms de la capitale bourguignonne, elle n’a pas pour autant oublié la ville de sa jeunesse.

Pour l’anecdote, Claire Gondor a fait fabriquer la robe du roman par un talentueux couturier.

La robe inspirée du roman

La robe inspirée du roman

Fil noir fil blanc : une soirée autour du livre

À noter qu’une soirée orientale autour du roman  Le Coeur à l’Aiguille de Claire Gondor est organisée le mardi 4 juillet 2017 à 20h30 à la valeur INUK photographie, 45 rue de la Préfecture à Dijon. Un moment suspendu où le dialogue entre cultures persane et française se donnera à goûter, à entendre et à voir. Gratuit.

Réservation 06 41 95 80 71 ou claire.gondor@gmail.com