l’INRA Dijon vous ouvre ses portes les 12 et 13 octobre

SONY DSC
Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 12/10/2019 - 13/10/2019
13 h 30 min - 17 h 30 min

Emplacement
INRA

Catégories Pas de Catégories


L’Inra de Dijon et ses scientifiques accueillent le public pour deux journées portes ouvertes sur le thème « Mieux produire et mieux manger »

Samedi 12 et dimanche 13 octobre 2019, de 13h30 à 17h30, l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) ouvre les portes de son site de Dijon pour mieux faire connaître au grand public les recherches de ses scientifiques. Cet événement gratuit s’inscrit dans le cadre de la Fête de la Science.

Thème : « Mieux produire et mieux manger ».

Petits et grands pourront échanger avec les chercheurs pour en apprendre plus sur l’agroécologie, le goût et la sensorialité, les territoires ruraux.
Au programme : réalité virtuelle, ateliers, jeux, conférences et expos !

Les animations proposées

« Enquête au vignoble : comment protéger la vigne contre ses agresseurs ? La mycorhize à la rescousse…  » – Atelier participatif avec exploration du sol en réalité virtuelle

« Dr Jekyll ou Mr Hyde ? Utiles ou nuisibles ? Les deux visages des « mauvaises herbes » » – Atelier découverte et jeux autour des adventices, ces plantes que l’on dit nuisibles… Sauf que c’est plus compliqué que cela !

« Les carabes, des petites bêtes qui jardinent » – Atelier découverte sur les carabes, ces coléoptères cousins des scarabées et des coccinelles qui se nourrissent des graines et des ravageurs des champs

« Les légumineuses au cœur de l’agro-écologie, une source de protéines végétales bénéfiques pour l’alimentation et les écosystèmes de demain » – Atelier découverte autour des ressources génétiques pour la sélection des légumineuses (pois, fèves, lupins)

« Un œil au cœur de l’invisible: la plateforme DImaCell, centre de microscopie INRA » – Observations par microscopies de pointe : imagerie microbienne, animale, végétale, biomatériaux et agroalimentaire. Durée 30 mn. Par groupes de 15 personnes max, sur inscription préalable à l’accueil.

« Champignons et bactéries du sol : anges ou démons ? » – Atelier et Quizz

« Bio, AOP, IGP : les performances environnementales, sociales et économiques des produits labellisés  » – Résultats de recherche en vidéos

« Alimentation, Goût, Sensorialité : 20 ans de résultats marquants » – Exposition

« Vin : le juste prix des appellations d’origine » – Atelier d’économie expérimentale sans dégustation. Durée 45 mn. Groupes de 15 personnes max, sur inscription préalable à l’accueil. 2 séances le samedi à 15h et 16h

« Les caractéristiques sensorielles du fromage : le rôle des bactéries du lait cru » – Atelier découverte / observation au microscope

« DEPHYgraph, une appli pour visualiser la réduction des pesticides en agriculture » – Présentation interactive – Samedi 12/10 UNIQUEMENT

« L’empreinte carbone de notre alimentation » – Ce que nous mangeons a un impact sur notre environnement. On vous dit comment. – Conférence – débat avec Valentin Bellassen (CESAER) Samedi 12/10 UNIQUEMENT, à 15h

« Creuser les mots de la terre » – Certains termes populaires véhiculent des idées fausses sur l’agriculture et les mondes ruraux. Tordons-leur le cou ! – Conférence-débat avec Pierre Morlon (CESAER), Dimanche 13/10 UNIQUEMENT, à 15h

« Les métiers à l’Inra » – Point information sur les offres d’emploi temporaires, les concours, les stages possibles à l’Inra

Infos pratiques :

Lieu : Centre INRA Bourgogne-Franche-Comté, 17 rue Sully à Dijon
Date : Samedi 12 et dimanche 13 octobre de 13h30 – 17h30 – Entrée libre
Comment y aller ? Piétons : accès par le 17 rue Sully (tram : arrêt Erasme) / Parking : accès par la rue Jean Mazen
Plus d’infos : Site web : www.dijon.inra.fr – Twitter : @INRA_Dijon_BFC 

En savoir plus sur l’Inra Bourgogne-Franche-Comté

L’Inra Bourgogne Franche-Comté, est l’un des 17 centres de recherche régionaux de l’Institut national de la recherche agronomique. Il concentre ses recherches sur 3 axes scientifiques : 

  • L’agroécologie, autrement dit une agriculture plus respectueuse de l’environnement, qui consomme moins d’eau et qui limite le plus possible les intrants de synthèse (glyphosate, notamment).
  • Le goût et la sensorialité, en étudiant la saveur des aliments, leur odeur, leur texture. On cherche aussi à comprendre comment naissent les préférences alimentaires. But de ces recherches ? Aller vers une alimentation saine et durable tout en répondant aux enjeux de santé publique (obésité, dénutrition).
  • Le développement des espaces ruraux et périurbains, étudiés à travers le prisme de l’économie, de la sociologie ou encore de la géographie humaine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire